Le test de cicatrisation avec PAULALe test de cicatrisation avec PAULA

Comment PAULA peut-il aider à rationaliser le flux de travail pour mon test de cicatrisation ?

Le test de cicatrisation, souvent évoqué sous le nom de test de la rayure (scratch test ou test du dosage) ou de migration, permet d’évaluer et de mesurer la migration cellulaire, qu’il s’agisse de cellules uniques ou de populations cellulaires. La migration des cellules est étroitement contrôlée pendant les processus ontogénétiques et elle peut parfois devenir incontrôlable, p. ex. dans les phases de développement et de progression du cancer.

Les questions importantes à aborder concernant la migration cellulaire sont :

  • Comment un médicament spécifique influe-t-il sur le taux de migration de mes cellules ?
  • À quelle vitesse mes cellules migrent-elles dans certaines conditions ?

L’expérience de cicatrisation

La procédure élémentaire pour un test de cicatrisation est très simple. Dans une monocouche cellulaire confluente à 100 %, un espace artificiel exempt de cellules est créé et la capacité des cellules à combler cet espace est surveillée.

De nombreux paramètres doivent être pris en compte et normalisés afin d’obtenir des résultats fiables et reproductibles. Les paragraphes suivants traitent de certains aspects généraux du contrôle des cellules et décrivent comment PAULA peut contribuer à simplifier les tâches du flux de travail.

Méthodes de contraste appropriées

Les monocouches cellulaires sont relativement difficiles à détecter, voire « invisibles », avec un microscope à fond clair standard. Avec le contraste de phase, la « forme » de la cellule est mise en évidence et permet une détection. Cependant, l’installation d’un microscope manuel à contraste de phase peut s’avérer fastidieuse et longue, en particulier pour les novices. La fluorescence permet généralement de contrôler d’autres facteurs de migration. Cependant, cette méthode ne convient pas comme méthode de contraste standard, car le photoblanchiment et la phototoxicité peuvent altérer considérablement la migration.

  • Avec PAULA, vous obtenez un contraste de phase sans alignement et sans réglage final.
  • Le contraste de phase s’active d’un seul clic.
  • Le contraste de fluorescence (émission rouge et verte, p. ex. cellules marquées GFP et dsRed) peut être ajouté si besoin.

Test de cicatrisation de plaies avec une couche cellulaire confluente à 100 %.

Trouver le bon moment est essentiel. Dans la plupart des cas, les tests de cicatrisation sont effectués avec une couche cellulaire confluente à 100%. Maintenir la croissance des cellules une fois qu’elles ont atteint une confluence de 100 % peut induire des détachements cellulaires et même l’inhibition des cellules voisines. Par conséquent, il est essentiel de trouver le bon moment pour commencer le test de cicatrisation de la plaie pour une expérience réussie et des résultats concluants.

  • PAULA vous informe par courriel lorsque vos cellules ont atteint le point de confluence souhaité.
  • Vous n’avez plus besoin de vous rendre au laboratoire de culture cellulaire et de vérifier les cellules manuellement.
  • Vous trouverez le moment idéal pour lancer le test de cicatrisation.

Des conditions ambiantes optimales sont primordiales.

Les tests de cicatrisation des plaies sont souvent réalisés en recourant à une analyse dite « de l’impasse ». Les fioles de cellules doivent être retirées de l’incubateur et les cellules doivent être contrôlées manuellement pour déterminer quand l’espace est complètement refermé. Cette approche requiert un temps considérable et n’est pas vraiment précise. Il est également possible de conserver la fiole de cellule sur une platine de microscope équipée d’une chambre climatique. En principe, cette option est efficace, mais les fluctuations de température et de CO2 ne peuvent pas être complètement exclues. Alors pourquoi ne pas laisser les cellules là où elles ont le plus de chances de bien se porter ? C’est-à-dire dans un incubateur avec les conditions environnementales les plus optimales possible pour la culture cellulaire.

  • Vous pouvez placer PAULA dans un incubateur de culture cellulaire ordinaire où les cellules sont conservées dans des conditions optimales.
  • La mise au point est stable pendant plusieurs jours - aucun réajustement n’est nécessaire.
  • PAULA réalise des enregistrements en temps réel et calcule instantanément le taux de migration actuel et le pourcentage de fermeture, ainsi que le temps estimé pour une fermeture à 50%.
  • L’état de la cellule et les résultats peuvent être surveillés en permanence, où que vous soyez.

La taille des espaces est un facteur important.

Dans de nombreux cas, l’espace libre de cellules dans la monocouche est créé manuellement à l’aide d’une pointe de pipette. La taille des stries dépend largement de la pression appliquée à la surface de la monocouche. Cependant, pour obtenir des résultats reproductibles, la taille de strie doit rester constante.

  • Déterminez la largeur exacte de l’espace entre les cellules à l’aide du système de mesure intégré de PAULA.
  • Trouvez plus facilement des tailles d’espace comparables entre les différentes fioles.
  • PAULA convient également aux espaces sans cellules induits par insertion, par ex. de ibidi.

Autres paramètres importants pour la reproductibilité

Outre la taille de l’espace et les conditions environnementales, d’autres facteurs peuvent influencer la reproductibilité des tests de cicatrisation. Par exemple, des paramètres techniques tels que les paramètres de l’image et de l’acquisition et l’étalonnage du système, ainsi que les conditions de l’échantillon comme le nombre de passages des cellules. PAULA contrôle les deux types de paramètres.

  • PAULA peut enregistrer le nombre de passages des cellules. De cette façon, vous savez à tout moment si vous comparez vraiment des états cellulaires similaires (des pommes avec des pommes ou des pommes avec des oranges).
  • Mémorisez tous vos réglages personnels pour un échantillon en particulier, y compris le réglage final des paramètres, notamment l’éclairage.
  • Un étalonnage supplémentaire du système n’est pas nécessaire.

Mise en place facile du test de cicatrisation d’une plaie

Si la mise en place d’un test de cicatrisation est simple et facile à répéter plusieurs fois, les résultats sont alors beaucoup plus susceptibles d’être reproductibles. Constatez par vous-même à quel point la mise en place du test de cicatrisation est simple et intuitive avec PAULA. Trois étapes seulement sont nécessaires pour un test de cicatrisation réussi.

  • Définissez votre échantillon
  • Définissez l’intervalle de temps
  • Définissez la zone d’intérêt

De l'importance des résultats

Ce sont finalement les résultats qui comptent vraiment.

  • PAULA fournit une représentation graphique des valeurs de fermeture des espaces et des taux de migration dans le temps.
  • Les points dans le temps utilisés pour les calculs d'espace et de taux peuvent être définis arbitrairement, de sorte que les effets des cellules mourantes aux limites de la strie sont éliminés.
  • Le temps nécessaire pour une fermeture à 50% et à 100% est d'abord estimé, puis les valeurs réelles sont calculées si elles sont atteintes.
  • Toutes les données peuvent être affichées dans une liste et exportées dans des fichiers Excel.
Vidéo d’un test de cicatrisation composé de cellules HeLa.
PAULA se place dans un incubateur de culture cellulaire ordinaire où les cellules sont conservées dans des conditions optimales.
Mise en place simplifiée d’un test de cicatrisation grâce au système d’imagerie cellulaire PAULA

Related Images

Le test de cicatrisation avec PAULA
Cellules HeLa visualisées avec contraste de phase, 10x. Avec l’aimable autorisation du professeur Ralf Jacob, Université de Marburg, Allemagne
PAULA analyse un espace créé dans la cellule HeLa, monocouche test de plaie.
Exemple dans lequel PAULA calcule le taux de fermeture et de migration de l'espace d'un test HeLa sur blessure cellulaire.